Maliguia Ingénierie Service/Bel Air Mining: deux entreprises au service de la Guinée.

Maliguia ingénierie services est une société partenaire de l’entreprise minière Bel Air Mining qui emploie depuis sa création en 2001, 450 employés locaux dans la préfecture de Boffa.  Cette entreprise justement qui assure le transport dans les zones minières à travers Alu Fer entend développer d’autres activités extra-minières pour booster davantage la communauté cible, mais aussi et surtout favoriser le développement socio-économique de la Guinée.  Votre site en ligne vous propose cette interview exclusive avec M. Abdoul Aziz Soumah, PDG de Maliguia Guinée et M. Mamadi Sitan Keïta,  consultant international chez ETIC GROUPE auprès de Maliguia.

[Media]: Parlez-nous de l’entreprise Maliguia ingénierie service

Mamadi Sitan Keïta: Maliguia ingénierie service est une société qui a commencé avec les BTP, et qui, à ce jour, est fortement impliquée dans le transport du minerai de bauxite. En tant que société de génie civil,  Maliguia ingénierie service a noué un partenariat très important avec Alu Fer BAM. C’est cette confiance développée qui a encouragé BAM à sous-traiter  le transport de son minerai avec Maliguia ingénierie service.  Puisque à l’époque, la confiance était telle que Maliguia ingénierie service permettrait à BAM de recruter le personnel dans le cadre des travaux de génie civil qui devaient être accomplis au compte de BAM. Ce partenariat a conduit BAM à renouveler sa confiance à Maliguia dans le cadre du transport de la bauxite.

[Media]: Quelles sont les missions de Maliguia ingénierie service ?

Mamadi Sitan Keïta : Les  missions de Maliguia ingénierie service aujourd’hui consistent en deux grands aspects: le premier aspect c’est ce qu’on appelle la responsabilité sociétale d’entreprise (RSE). Comme vous le savez, ce sont des relations avec la communauté d’abord.  Dans ce cadre-là, Maliguia ingénierie service intervient fortement pour permettre la stabilité de la communauté dans laquelle elle intervient au-delà des activités minières. Ça c’est le premier rôle.  Le deuxième rôle évidemment c’est dans le transport du minerai de bauxite. C’est un contrat entre Maliguia et BAM qui porte sur des tonnages de minerais par an et qui a été en forte progression ces dernières années.

[Media]: Alors, justement, quelles sont les activités communautaires qui découlent de la collaboration Maliguia-Alu Fer?

Abdoul Aziz Soumah (PDG):   Cette collaboration entre Maliguia et BAM-Alu Fer vient d’abord pour renforcer la capacité de l’employabilité locale. Maliguia et BAM estiment que ce sont des zones impactées qui sont les premières visées par l’emploi.  Mais ces zones impactées n’ont pas de compétences.  C’était hier des agriculteurs,  des pêcheurs, donc c’est ce rôle que Maliguia est en train de jouer afin de former ces gens et les rendre compétitifs afin de répondre aux besoins de BAM. Parce que nous avons dit,  à compétences égales,  il faut choisir le personnel local sauf à défaut.  Maintenant pour éviter ce défaut,  Maliguia vient pour intervenir afin que la population locale bénéficie des formations qui lui permettent  d’avoir de l’emploi.

[Media]: Dans cette même collaboration avec Alu Fer, vous avez signé des partenariats avec d’autres partenaires étrangers pour la construction d’un hôpital.  Quels sont les avantages de ce contrat pour la communauté cible?

Abdoul Aziz Soumah: C’est encore venir renforcer les capacités de la localité. Parce qu’aujourd’hui,  nous avons beaucoup de problèmes sanitaires qui ne sont pas résolus. C’est pourquoi, nous voulons trouver des partenaires spécialisés en gestion médicale qui viennent nous renforcer en capacité afin que nous puissions assister cette population.  Toute cette employabilité que nous avions, leur garantie,  c’est leur santé.  Donc il faut trouver des moyens, mettre quelque chose en place qui pourrait intervenir à tout moment même jusqu’aux évacuations sanitaires.

[Media]: Dans cette collaboration,  Maliguia ingénierie service joue quel rôle pour la protection de l’environnement ?

Abdoul Aziz Soumah: Notre entreprise est dans un système incontournable.  Alu Fer a mis un système environnemental, je ne dis pas que c’est le meilleur, mais c’est l’un des meilleurs parmi les autres systèmes des entreprises minières. Alu Fer a travaillé depuis 2016, jusqu’aujourd’hui,  il n’y a pas eu d’accident mortel. Pourquoi? Parce que tout un arsenal du système environnemental est mis en place et assuré par les agents de sécurité qui sont dans ça. Même des ordures sont triées avant d’être déposées chacune à sa place.  Elles ne sont même pas mélangées. Des poubelles effectivement sont faites pour ça.  L’environnement est tellement protégé,  les reboisements sont faits à temps.  Il y a des périmètres maraîchers qui s’occupent de la production des pépinières afin de suivre ces reboisements-là. L’arrosage est fait toute l’année et tous les jours 24h/24 pour éviter même la poussière.  Donc du point de vue environnemental,  je tire chapeau à mon partenaire Alufer BAM et nous nous sommes déjà  dans ça.  On ne peut pas le contourner.  Et sur ce point, depuis deux ans maintenant,  BAM-Alu Fer occupe la deuxième place en matière de respect des normes environnementales et de ses actions par rapport à sa responsabilité sociétale d’entreprise.

[Media]: Dans le même sillage,  vous comptez développer d’autres activités extra-minières. Qu’est-ce que vous comptez faire pour cette localité au-delà du domaine des mines ?

Abdoul Aziz Soumah: Aujourd’hui, ce que nous comptons faire pour cette communauté c’est ce que nous voulons maintenant commencer. C’est dans le cadre de la formation.  D’abord construire une école professionnelle de formation.  Et ça, on va l’élargir dans tous les domaines.  Pour que même si demain nous nous ne serions pas là, mais que des gens à chaque fois qu’ils ont besoin d’un emploi,  qu’ils puissent le trouver dans la communauté. Ensuite nous participons au renforcement des capacités des communes rurales. En assistance, quand il s’agit de rénover une route, un forage entre autres, nous les assistons.  Il faut ajouter également que nous sommes en train de travailler pour la mise en place d’un fonds qui sera destiné à la promotion des petites activités extra-minières. Vous savez, dans l’exploitation minière,  il y a des mines, il y a des enclaves minières. On se demande toujours qu’est-ce qui va arriver dans dix ans, dans quinze ans.  D’où la notion de croissance appauvrissante. Donc à côté des activités minières,  il faut contribuer à la promotion d’autres petites activités qui font qu’on ne soit pas amené à utiliser tous les revenus liés aux mines dans l’acquisition d’autres produits non miniers qui n’auraient pas été obtenus parce qu’on est concentré sur les activités minières. On est en train de travailler pour la promotion de ces petites activités là à travers la mise en place d’un fonds qui sera alimenté par Maliguia et par BAM”. Mais BAM déjà a commencé en organisant des groupements maraîchers qui, aujourd’hui, vraiment, apportent beaucoup d’argent à ces groupements de femmes.

[Media]: Avec  ce fonds que vous voulez créer,  vous comptez toucher combien de personnes ou de groupements dans vos prévisions ?

Abdoul Aziz Soumah: Pour un premier temps, nous avons commencé à mettre en place quelques petits  groupes d’entrepreneurs.  Nous avons déjà deux équipes que l’on a créées et qui doivent nous rejoindre pour pouvoir gérer tout ce que nous avons comme activités sur le terrain. Il y a un groupe qui s’appelle Kolisôkhô Transport Multi service (KTMS) et un autre qui est entreprise communautaire Kolisôkhô (ECK), que nous avons mis en place.  Tout ça pour élargir notre champ d’action sur toutes les communautés impactées afin que chacun puisse trouver son compte dedans.  En plus de ça, notre préoccupation principale, qui nous a beaucoup intéressés, c’est cette formation.  Parce que sans ça,  la population ne peut rien bénéficier.  Même les centres de santé que l’on construit, il n’y a pas de médecins,  pas d’infirmières,  pas de sages-femmes. Il faut trouver des gens et les former sur place pour pouvoir participer à ça.  Donc la formation est au centre de nos préoccupations, parce que c’est elle qui peut nous sortir de la pauvreté et qui peut permettre à la jeunesse de trouver de l’emploi.

[Media]: Dans vos actions futures extra-minières, est-ce que la préfecture de Boffa reste la seule zone d’intervention ou bien vous voulez faire une extension ?

Abdoul Aziz Soumah: Nous voulons faire une extension surtout du point de vue formation. Et pour ça, on ne se limite pas seulement à la zone de Boffa. Nous voulons faire quelque chose qui est national. Dans cette dynamique,  la société Maliguia Ingénierie  Services a trouvé des partenaires extérieurs pour la construction d’un institut de renommé international en médecine, y compris en ophtalmologie ainsi que d’un centre de formation des paramédicaux (infirmiers, sage femmes, etc.). Nous n’avons pas ça ici. Et nous constatons aujourd’hui qu’on construit beaucoup de postes et de centres de santé, mais il n’y a personne dedans.

[Media]: Ce qui veut dire qu’au-delà du transport que vous assurez avec BAM-Alu Fer, la société Maliguia ingénierie service veut étendre son champ d’action au domaine de la santé également ?

Mamadi Sitan Keïta: Justement et récemment Maliguia a noué des partenariats allant dans ce sens.  En fait, la société Maliguia Ingénierie  Services a trouvé des partenaires extérieurs pour la construction d’un institut de renommé international en médecine, y compris en ophtalmologie ainsi que d’un centre de formation des paramédicaux (infirmiers, sage femmes, etc.). Ces ouvrages verront le jour très prochainement ; car leur financement est déjà bouclé. Et ceci c’est non seulement pour la communauté mais aussi, et surtout, pour tout le pays.

Source : Mediaguinée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
30 × 21 =