Incendie au dépôt d’hydrocarbures de Kaloum : Pour un Soldat l’Action précède le verbe (Par la DCI-PRG)

Incendie au dépôt d’hydrocarbures de Kaloum : Pour un Soldat, l’Action précède le verbe (Par la DCI-PRG)

L’incendie qui s’est déclaré dans la nuit du 17 au 18 décembre 2023, au dépôt principal de la Société Guinéenne des Pétroles (SGP) à Kaloum, fait partie de ces tristes et douloureux événements que l’on pourrait loger à la même enseigne des catastrophes industrielles inhérentes au cheminement de développement de toutes Nations. Qu’il s’agisse de Centres de stockage d’hydrocarbures ou de plateformes pétrolières, l’Afrique, notamment la Guinée, n’est pas un cas isolé des risques sécuritaires liés aux incendies.

L’air grave, le ton emprunt de bouleversement évident, le cœur battant émotionnellement au rythme de la symphonie de sa Nation, le Président Mamadi Doumbouya s’est adressé à son peuple en ces moments de tristes circonstances. Il s’adresse à son peuple après avoir pris soin de gérer l’urgence, de répondre aux besoins pressants des victimes, de diligenter l’action de l’État et après s’être complètement rassuré que les populations de la ville de Conakry, particulièrement celles de Kaloum, sont en sécurité.
Chez ce soldat dans l’âme, l’action précède évidemment le verbe. Parler, d’accord, mais agir d’abord. Ce discours du père de la Nation intervient à son heure, au moment approprié, à son temps. Rappelons-le, il a souhaité sur ses canaux digitaux, quelques heures après la survenue du drame, ses condoléances attristées au peuple de Guinée.

Ainsi, conscient de la gravité de la situation, du drame humain et matériel causé par l’explosion du dépôt pétrolier de Kaloum, le Colonel Mamadi Doumbouya, Chef suprême des Armées, a invité les autorités compétentes à l’ouverture immédiate et diligente d’une enquête. Non seulement pour situer les responsabilités sur des défaillances et infractions éventuelles ayant conduit au drame ; mais également pour en tirer des enseignements dans le but d’améliorer et de renforcer à l’avenir la fiabilité des installations ainsi que le dispositif sécuritaire autour de ces installations d’hydrocarbures, hautement stratégiques.

Après plus de 60 ans d’attente, c’est à l’avènement du CNRD aux affaires de l’État que la Guinée enregistre le démarrage de construction hors de la capitale de dépôts pétroliers de grandes capacités. Leurs réalisations sont en cours à Kodiaran dans Mandiana, et à Moribayah dans Forécariah, avec financements acquis. Hélas, l’horloge du destin n’a point de répit.

Dans son invite à la Nation, le Colonel Mamadi Doumbouya en appelle ainsi à l’esprit d’altruisme et de patriotisme du Guinéen, qui le démontre déjà sur le terrain avec l’incroyable élan de solidarité qui s’est mis en place très tôt pour venir en aide aux blessés ainsi qu’aux sinistrés. Au-delà des marques de compassion des pays partenaires et amis qui expriment leur soutien vis-à-vis de notre pays, le Président de la République mise d’abord sur le sursaut patriotique, la résilience légendaire du Guinéen face aux grands chocs et défis, pour venir à bout des flammes, sécher les larmes des victimes et leur apporter l’aide vitale nécessaire pour se relever et se reconstruire.

La mobilisation citoyenne des Guinéens, dans toutes leurs diversités depuis les premières heures du drame, témoigne de cette fibre patriotique. La fermeture des stations-service et leur réouverture progressive en commençant par le gasoil, loin d’être une mesure restrictive, s’inscrivent pleinement dans la stratégie de gestion de la crise afin de contenir non seulement les velléités spéculatives du carburant sur le marché parallèle, mais également pour avoir une maîtrise des stocks dans le but de faire face à l’approvisionnement prioritaire des services et sites stratégiques. La mise en place d’un centre d’écoute, d’orientation, de monitoring ainsi que la prise en charge médicale gratuite des blessés viennent renforcer ce dispositif. Un travail de veille et de coordination qui s’est poursuivi jusqu’à ce que les flammes soient entièrement maîtrisées et quasiment éteintes…

Le Chef de l’État, le Colonel Mamadi Doumbouya, dans son appel à la Nation en lien avec le drame, décrète trois (3) jours de deuil national au cours desquels le drapeau national sera en berne sur l’ensemble du territoire et dans les représentations diplomatiques de la Guinée. Un acte de compassion, un acte de mémoire, un acte de paix du père de la Nation et l’expression de solidarité de tout un peuple envers les victimes. Solidarité, solidarité, le mot le plus utilisé dans son message est non seulement une reconnaissance au peuple de Guinée qui a fait appel à l’une de ses caractéristiques, mais aussi un remerciement au même peuple pour l’avoir si promptement mis en œuvre à travers l’impressionnante chaîne de solidarité créée dès le début de la crise. De jeunes hommes et femmes, des ONG, des sociétés, des anonymes, ont fait parler leur cœur, sans rien attendre en retour.
La même reconnaissance du Président Mamadi Doumbouya est adressée aux pays frères et amis de la Guinée pour leur geste de fraternité. Le Chef suprême des Armées n’a pas manqué de rendre hommage aux structures spécialisées publiques comme privées du pays, aux secouristes, aux Forces de Défense et de Sécurité pour leur courage, leur bravoure qui, je cite : est une lueur d’espoir.
Dans ces moments difficiles et pénibles que traverse notre peuple, un seul mot d’ordre pour le père de la Nation, « l’union sacrée du peuple résilient de Guinée » en qui le Colonel Mamadi Doumbouya croit en la capacité de régénération face à ce nouveau défi que le sort nous impose.

DCI-PRG

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
1 + 12 =