Fête du 3 mai : Alpha condé descend en flamme la presse guinéenne

Le président de la république Alpha Condé  a pris part ce jeudi à la célébration de la fête internationale de la liberté de la presse, à la maison des journalistes à Coléah. Dans son intervention, Alpha Condé n’a fait aucun cadeau aux hommes de médias de son pays. Le chef de l’État guinéen  reproche  aux journalistes de ne pas travailler avec professionnalisme.

« Vous vous levez le matin pour dire  le président a tiré sur quelqu’un à Sékhoutouréyah et vous balancez. Vous ne cherchez même pas à savoir si c’est vrai. Voilà comment vous vous comportez,  vous êtes  pire que les  radios trottoirs. »  a piqué  le chef de l’Etat.

Pourtant selon  Alpha Condé, les journalistes ont une grande responsabilité parce que les gens vous écoutent.

«  Cette responsabilité vous impose des obligations. Notre peuple à majorité analphabète, croit à ce que les journalistes disent. C’est pourquoi vous devez mesurer les conséquences de ce que vous devez dire à cette population a-t-il ajouté.

Par ailleurs , selon lui si on  appliquait la loi , la moitié des  journalistes guinéens seraient en prison.

« Si j’appliquais la loi, beaucoup d’entre vous seraient arrêtés  pour diffamation, offense et injures à l’endroit du chef de l’État. Si on appliquait la loi, beaucoup d’entre vous ne seraient pas dans cette salle. » a-t-il dit aux journalistes

Pour terminer , le patron de Sékoutouréyah a mis en doute le niveau de certains journalistes.

« J’ai honte quand certains d’entre vous posent des questions. Quand il y a des étrangers en Guinée, vous avez des journalistes qui posent certaines questions, l’on se demande s’il n’était pas nécessaire qu’ils s’expriment en langue Nationale. » À conclut le numéro 1 guinéen.

 

Ib Diallo pour kakilambe

Tel : 655969620

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
10 − 4 =