Kassory Fofana, mieux que personne, le meilleur ‘’pare-choc’’ au plan politique pour Alpha Condé

Quelle que trépidante que soit la course au palais de la Colombe, quelles que soient ce que sont les ambitions dévoilées ou contenues de tous ceux qui y prétendent ou en rêvent, il y a lieu de faire, un tant soit peu, dans la rétrospection, pour savoir garder raison.

Au-delà des chantiers économiques, de grande envergure, qu’il a lancés urbi et orbi, et à fort impact social, celui qui tient encore, des mains de maître, les rênes des lieux, reste sans conteste, le meilleur ‘’pare-choc’’ d’un point de vue politique, pour le Chef de l’Etat Alpha Condé.

Quatre raisons l’attestent :

Primo: le principal objectif politique assigné à lui et à son gouvernement, celui d’offrir un autre mandat à Alpha Condé, a été atteint. Inutile de ressasser ce qu’a été le long et pénible processus y ayant conduit.

Deuxio: ce n’est certes pas le plus souhaitable, conformément au rôle constitutionnel à lui dévolu, celui de promouvoir le dialogue social, mais en politique, à la guerre comme à la guerre, l’objectif d’endiguer les velléités contestataires de l’opposition, a aussi été atteint. Au point qu’à date, il ne reste plus grand-chose de cette opposition, obligée de ‘’constater les dégâts’’.

Tertio: Kassory Fofana, c’est aussi de la fermeté, combinée à une stratégie assimilable à celle de la ‘’guerre de tranchées’’, face au SLECG d’Aboubacar Soumah. Quoi qu’on dise, il a fallu lui pour ‘’mettre au pas’’ le bouillant et tonitruant syndicaliste qui avait jusqu’ici, sérieusement perturbé le sommeil du régime Condé.

Quartio: on se rappelle que dès sa nomination au poste de premier ministre, le 21 Mai 2018, Kassory Fofana, qui n’a pas bénéficié d’un seul jour d’état de grâce, a été amené, de faire face tout de suite, à une contestation d’ampleur, portée par la société civile et les syndicats (CNTG et USTG), contre l’augmentation du prix du litre de carburant à la pompe.

Par la même fermeté comme à son habitude, combinée à une stratégie de ‘’pourrissement’’ de la situation, il réussît à contenir, cette première contestation et le slogan ‘’8000, c’est bon’’ fut rangé dans le rebût de l’histoire.

Homme de poigne mais aussi homme de dialogue quand la partie en face fait montre de soif d’écoute, Kassory Fofana, a ainsi constitué, en deux ans et demi, un incroyable ‘’pare-choc’’ politique pour Alpha Condé, qui n’a donc pas été obligé de monter en première ligne, à chaque fois.

Qui mieux que lui auparavant et dans le système actuel, est capable d’autant d’abnégation et de prouesses ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
27 + 29 =