[MALI-BAMAKO] PALAIS DE KOULOUBA : Lacunes protocolaires inexpliquées

Depuis peu, l’administration au sommet de l’Etat malien est affectée par un début de désorganisation. Est-ce le départ de l’ancien Secrétaire Général des lieux qui explique ces manquements ?

En Janvier 2018, Soumeylou Boubeye Maiga a rallié la cité ministérielle de Bamako pour la Primature. Une arrivée pourtant annoncée depuis plus de deux ans. Précédemment à la Présidence de Koulouba , il aura laissé un vide. Ce qui pourrait justifier les carences de l’heure au sein de l’administration présidentielle. Certaines associations l’ont appris à leur dépend , alors qu’elles avaient obtenu des audiences auprès du maître des lieux .

Conviées à la Présidence de la République pour s’entretenir avec le Chef de l’Etat , on peut citer Guinna Dogon et la Communauté Soninké. Mais les délégations présentes au tête à tête depuis Koulouba ont subi une douche froide. Le locataire des lieux avait subitement avorté ces retrouvailles qui devaient avoir lieu alors qu’il était question d’évoquer les festivals qu’organisent ces sensibilités communautaires du Mali.

Frustration totale chez les visiteurs car l’administration présidentielle n’a pas eu le temps de les aviser. Autrement dit , il y avait moyen de les aviser avant le déplacement pour la colline du pouvoir. Seulement , ce genre de contre pied a tendance à devenir une habitude à Koulouba.

En effet , le programme protocolaire de certains événements est parfois bouleversé à la dernière minute. Motif avancé ,l’éternelle indisponibilité parfois inexpliquée du Boss. Lors des vœux du nouvel an , il n’était pas évident d’accorder les violons pour revoir les sensibilités de la nation.

A ce niveau aussi , l’administration présidentielle s’est ratée. Face au Chef de l’Etat et les caméras, le personnel s’est abstenu de saluer la mémoire de la défunte Fanta Sékou Fofana. Même les liens d’amitié privilégiés entre le Président IBK et son père , ne lui ont pas valu d’être évoqués lors de la présentation des vœux pour l’année 2018. Pourtant , la standardiste dont le corps a été retrouvé sans vie méritait au moins une minute de silence. Oubli , gêne ou respect pour les circonstances de sa mort ? Reste qu’aucun de ses collègues ici bas n’a jugé opportun de faire un rappel de sa mémoire et prier pour la jeune femme froidement assassinée par son époux aussi employé des lieux.

Tous ont préféré le silence pour s’appesantir sur la cohabitation avec le Secrétaire Général sortant des lieux. Ce dernier a été encensé et encouragé dans sa nouvelle mission à la Primature. Personnage influent du système depuis des décennies , le départ de Soumeylou Boubeye Maiga du palais présidentiel pourrait bien expliquer la raison de ces manquements. D’ailleurs il n’a pas hésité à vider des lieux ce jeune économiste qui aura passé ton temps à sermonner le pouvoir sur AFRICABLE TV avant de poser ses valises à la colline du pouvoir.

C’est dire que quand le chat n’est pas là , les souris dansent. Toute chose acceptable dans une certaine mesure car 2018 sonne le glas du mandat présidentiel en cours. Une désertion des barons des lieux qui ne peut qu’occasionner les carences du moment.

IDI. KEITA depuis bamako pour kakilambe

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
7 × 28 =