Le ministre Bourema CONDE a rencontré les mouvements associatifs et les ONG

En tant que département de tutelle, le ministère de l’ administration et de la décentralisation veut s’assurer sur la légalité des mouvements associatives et des ONG œuvrant sur le terrain. Le ministre pense qu’il est normale de se retrouver ensemble selon des objectifs communs pour établir un programme à exécuter, c’est cela l’essence du mouvement associative des ONG. Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation ( MATD ) explique: << Il est plus facile d’aider quand vous êtes en groupe que lorsque vous évoluez en solo, individuellement, nous avons invité les membres des associations aujourd’hui à faire une prise de connaissance de la loi 013 de l’Assemblée nationale guinéenne qui donne les directives des ONG. Cette loi,  nous avons ensemble relu les articles et principaux textes. Pourquoi nous l’avons fait ? C’est parce que nous nous rendons compte que de plus en plus ceux là qui doivent défendre la loi là viole. Dans un mouvement associatif le laissé passer, c’est votre agrément et si vous n’avez pas d’agrément vous ne pouvez pas vous permettre d’exercer en illégalité ceux dont vous vous pretendez. précise le ministre. Les agréments que nous autorisons sont apolitiques et à but non lucratif que cela soit compris de tous ceux qui sont membres des mouvements associatives et ONG. Nous avons une mission régalienne de contrôle des mouvements associatives, parce que vous avez un droit de Compte rendu. Le service national de mon département qui gère ce dossier, a le droit de contrôle sur vous pour savoir quels sont vos bilans, quels sont vos comptes etc >>, dit-il.
De son coté, Bintou Soumah présidente de l’ONG  Femme engagée pour la salubrité ( FES ), salue cette initiative de son ministère de tutelle,
<< C’est une invitation qui nous a fait plaisir puisque ce n’est pas de coutume qu’un ministre de tutelle fait appelle les acteurs concernés du secteur pour discuter des problèmes auxquels ils sont confrontés. Il a été question pour les ONG de se mètre en règles. Monsieur le ministre nous a rassuré que ce n’est pas un refus de donner l’agrément aux ONG, il faut que les dossiers soit étudié pour être conforme aux règles >>, soutien la presidente de FES.
Aboubacar Soumah

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
40 ⁄ 20 =