[Kharé Man] La politique Guinéenne est définitivement BIZARRE. Pourquoi rien ne se passe normalement dans ce pays ?

C’est la question qui m’est venue à l’esprit quand j’ai appris le départ de Jean Marc Téliano de l’opposition républicaine. Alors il paraît qu’il n’a pas pour destination immédiate la mouvance, mais il n’exclut pas cette hypothèse. Puisque, dit-il, il a une  » Alliance Naturelle » avec la mouvance.
Sans trop épiloguer sur la défection de Jean Marc Téliano, qui ne pèse pas grand chose dans l’arène, c’est même un euphémisme, puisque c’est à peine si on arrive à identifier sa formation politique. Mais cette défection de Téliano n’est qu’un épisode d’une série qui a vu Mouctar Diallo, Aboubar Sylla et d’autres aller grossir les rangs de la mouvance au détriment de l’opposition. Encore une fois, les noms cités susmentionnés ne sont pas franchement des poids lourds politiques, mais la politique est une question de dynamique. Cela veut tout simplement dire que la dynamique est clairement du côté de la mouvance et l’opposition est à la peine.
Cette dernière aura donc tout intérêt à se bouger si elle ne veut pas être de l’opposition en 2021.
Mais ce qui me pose question et m’intrigue le plus dans ces mouvements de politiciens en Guinée , c’est ie sens de cette transhumance politique.
Opposition ➡️ Mouvance
Alors que ie mandat de l’actuel président se termine dans seulement deux ans, donc les cartes devraient être rebattues pour 2020… normalement !
Pourquoi se précipitent-ils alors pour monter dans un navire qui est sensé couler dans 2 ans ?
En plus il n’y a encore rien de fait pour préparer la succession du Président Alpha Condé. Une incertitude qui devrait normalement pousser un homme politique averti à beaucoup plus de prudence avant de décider d’un quelconque positionnement.
Dans les conditions normales, c’est même dans le sens inverse qu’il devrait y avoir un embouteillage.
Mouvance ➡️ Opposition
Parce que nos oiseaux qui se sont habitués à la mangeoire n’aiment pas l’incertitude, dans le doute beaucoup d’entre eux auraient normalement dû miser sur un autre cheval.
D’où l’expression consacrée  » Les rats quittent le navire », pour désigner les départs massifs d’un pouvoir tirant vers sa fin.
Nos rats sont-ils stupides au point de se précipiter pour monter dans un navire qui va bientôt couler ou bien ont-ils des informations sur ce qui se trame dans notre dos ?
Ou alors, c’est le rapport avec le chef de file de l’opposition qui est le problème ?
Tout ça m’intrigue !!! 🤔🤔
Bizarre !

@Khare Man

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
12 + 14 =