GUINEEFOOT ! DIFFICULTÉS À ORGANISER LES COMPÉTITIONS NATIONALES

Décidément,depuis la sortie manquée du président de la ligue guinéenne de football professionnel Mathurin Bangoura, qui a complètement loupé sa cible en confondant l’état à la fédération,les langues se délient sur l’importante manne financière sur laquelle est assise Antonio Souaré et ses sbires au détriment du football national.
Comme l’indique la note circulaire nº 1659 de la Fifa ci-dessous,son programme Forward alloue à chacune des 211 associations nationales ( fédérations ) qui la composent un montant de 6 millions de dollars par 4 années,soit 1 500 000 $ américains par an pour, je cite le programme à consulter plus bas : développer les infrastructures; organiser les compétitions et le football féminin. Un autre million est octroyé à chaque fédération pour couvrir les frais de déplacement de leurs équipes nationales et l’achat d’équipements.
L’on se demande comment avec tout ce pactole dont personne ne connaît la destination ( a part bien sûr Antonio Souaré et sa bande organisée de voleurs), l’état guinéen ne demande aucun compte, continu à se saigner pour acheter les équipements et les billets d’avions pour les équipes nationales et clubs engagés en compétitions internationales.. ? À moins que Antonio soit,comme il aime à se faire appeler ( le véritable BARKADEN ), l’enfant béni du terroir. Tout porte à le croire. Car s’asseoir ainsi seul avec sa cour de mendiants et de griots éhontés sur les biens de toute une nation sans qu’il n’ait de compte à personne,comme s’il l’héritait de son père est simplement énigmatique,désolant,choquant et incompréhensible. Que font les acteurs du football,les clubs pour réclamer leur droit ? Que fait le ministère en charge des sports pour demander des comptes ? Au moins pour récupérer les innombrables charges que l’état supporte pour les postes cités haut qu’il ne devrait pas supporter alors que la fédération est bien lotie pour. Il y’aurait-il des complicités à ce niveau pour dilapider les fonds publics ? L’assemblée nationale, la primature,l’inspection générale d’état… devraient lorgner de ce côté pour arrêter cette saignée financière orchestrée par un groupe de cupides en tête desquels trônent Antonio Sous-a-dalla Souaré et le Général sans troupe Mathurin Bangoura et compagnie.
Le temps de demander des comptes à sonner et bien réclamer par les amoureux du cuir rond national pour le salut de la jeunesse guinéenne.

 Bangaly Soumah

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
17 − 1 =