CRISE SOCIALE: « Le gouvernement n’a pas tenu compte de la précarité de la population » dixit l’activiste Soninké Diané

La crise sociale du moment a conduit la rue à donner de la voix. Parmi les acteurs de la société civile engagés dans la fronde, Soninké Diané qu’on ne présente plus. Au cœur de l’éveil des consciences depuis les réseaux sociaux et sur le terrain. Il a bien voulu répondre à nos questions.

KAKILAMBE :  Pourquoi avez vous décidé de battre le pavé ?

Nous battons le pavé parce que les citoyens Guinéens se sont vus abandonnés par leur gouvernement. Une équipe qui a injustement augmenté le prix du carburant sans tenir compte de la précarité actuelle des populations et de surcroît, l’information est tombée tard dans nuit. Comme si on voulait tromper sa population sans associer les acteurs traditionnels.

KAKILAMBE :  Pensez vous que la société civile pourra enfin se ressouder suite à cette fronde qui a mis en synergie toutes ses composantes ?

Je voudrais saluer la société civile qui a de tout temps été un acteur essentiel en Guinée. C’est bien elle qui a donné l’indépendance à notre pays et s’est encore battue en 2006-2007 contre la gouvernance moribonde et corrompue d’alors.

Bref, je peux vous rassurer que l’ensemble des populations sont indignées du fait de l’augmentation unilatérale et fantaisiste du prix du carburant. Nous croyons que le gouvernement entendra la cause de son peuple. S’il gouverne pour améliorer le niveau de vie des populations, il doit pouvoir ramener le prix de la pompe à l’initial, c’est à dire 8000 fg.

KAKILAMBE :  Que pensez vous de l’impact des réseaux sociaux ainsi que la position de l’État qui ne veut lâcher du lest ?

Nous avons effectivement constaté des perturbations du réseau internet et demandons aux sociétés de téléphonie de respecter les consommateurs Guinéens. L’ARPT de revoir cette situation surtout que les réseaux sociaux sont aujourd’hui un outil de communication très efficace pour nous les citoyens.

KAKILAMBE :  Alors qu’on parle de plus en plus d’un 3ème  mandat, quel est votre point de vue sur une éventuelle candidature du Professeur Alpha Condé ?

C’est une question qui est déjà réglée par la constitution.

Propos recueillis par F. YOULA et IDI KEITA

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
23 − 23 =